1 jour, 1 association | Le Judo Club de l’Est Lyonnais

1 jour, 1 association | Le Judo Club de l’Est Lyonnais

Découvrez quotidiennement une association présentée par un de ses dirigeants.

En ce lundi, Nicolas Bernard (président depuis juin 2019, double champion d’Europe et vice-champion du monde vétérans) et Stéphane Riello (responsable groupe cadets compétition), répondent aux questions de la rédaction :


  • Quelle est l’activité principale du club et son effectif actuel ?

» Le Judo Club de l’Est Lyonnais propose du judo loisirs et compétitions de 4 ans à adultes. Il est composé de 2 sections sur Villeurbanne (Brosses et Gratte Ciel) et travaille en collaboration avec les clubs de Jonage, Meyzieu et Villette d’Anthon afin de constituer un groupe élite.

Les meilleurs athlètes de ces clubs intègrent le JCEL, ce qui nous fait en amont de notre effectif un vivier de 350 judokas en plus.

Son effectif à ce jour : 196 judokas (dont 48 féminines), 75 % ont moins de 18 ans « .

  • Comment s’était passé le 1° confinement et aviez vous mis du personnel au chômage ?

» Lors du premier confinement notre activité à malheureusement été complètement à l’arrêt. Nous avons créé un suivi par notre page Facebook en proposant diverses activités en vidéo pour tout les âges. Ceci était mis en place par les différents professeurs du club.

Oui nous avons eu  recours au chômage partiel car sans cela l’association aurait pu être en péril « .


  • Et la reprise des activités à la rentrée de septembre ?

» En cette rentrée, les professeurs ont mis beaucoup d’énergie pour tenir la barre et rassurer les parents sur la limitation des risques dans notre activité avec un protocole sanitaire strict. Le club a investi dans des masques, des lingettes désinfectantes et du gel hydroalcoolique. Le protocole était bien respecté par tous, et nous n’avons pas eu de cas sur nos tapis.

Cet arrêt au retour des vacances de la Toussaint est vraiment dommage car des nouveaux judokas arrivaient encore pour des essais et des inscriptions mais du coup on risque de les perdre « .

  • Avez-vous connu depuis, une baisse de vos effectifs ?

» Pas de baisse sur l’effectif global mais suppression d’un créneau de 4/5 ans sur une section car très peu d’inscrits alors que sur l’autre section + 30% par rapport à N-1 pour la même catégorie d’âge. Le taux de renouvellement est de 50 % environ ce qui est en baisse (d’habitude on tourne à 70 %). Légère baisse sur les jeunes entre 9 ans et 14 ans par contre une hausse chez nos adultes compétiteurs avec les arrivées de nouveaux athlètes séduis par notre projet sportif et nos bons résultats en seniors « .

  • Avez-vous été contraints d’annuler des évènements ou compétitions ?

» Nous n’avons pas pu participer à des compétitions importantes sur lesquelles nous avions des athlètes engagés suite aux annulations de la Fédération (Coupe de France Minimes, championnat individuel Seniors… et tous les interclubs et animations jeunes depuis mars). Néanmoins nous avons pu participer au championnat de France 1° division par équipe Seniors à Brest début octobre. La préparation fût difficile car nous n’avions plus accès à certaines salles pour nos seniors alors que nous étions dans la dernière ligne droite de préparation. Du coup obligés de multiplier les entrainements en extérieur avec la veste de kimono ! « .


  • Comment se déroule ce 2° confinement ?

» Cela été un coup dur pour tous les acteurs du club. Les enfants étaient revenus avec un grand plaisir après la 1° période d’arrêt et les professeurs étaient aussi très contents de reprendre l’enseignement et de les retrouver en septembre. Ils ont juste eu le temps avant les vacances de la Toussaint de faire le passage de ceinture initialement prévu en mai/juin, et arrêt total au bout d’un mois et ½ de pratique.

Le club essaye de garder le contact avec ces judokas et leurs propose à distance des activités diverses liées à notre sport ».

  • Conséquences financières, sportives ou autres ?

» Première conséquence et non des moindres c’est financier. Nous avons reçu des demandes concernant un éventuel remboursement de cotisations. Nous sommes conscients que cette période si particulière engendre des conséquences financières non négligeables au sein des familles. Mais il en est de même au sein de notre association, dont les différents professeurs que nous employons, sont particulièrement impactés. Comme toute association à but non lucratif, nous n’avons pas vocation à gagner de l’argent. Chaque année, notre budget de fonctionnement nous permet tout juste de rémunérer nos professeurs, et de subvenir aux frais engendrés par la pratique de notre sport (inscriptions compétitions, frais de déplacements, location salles, etc..).

Néanmoins, l’une des valeurs du judo, que le JCEL prône est la Solidarité. Du coup le conseil d’administration du club, fera le point en fin de saison sur le nombre de cours qui n’ont pas pu avoir lieu suite à la crise sanitaire et fera un remboursement au prorata aux familles.

Nous avons peur de perdre aussi certains de nos sponsors qui ont eu eux également, un bilan financier mitigé cette année. On va s’employer à en trouver d’ autres rapidement, d’ailleurs nous profitons de cette interview pour passer un appel aux entreprises du coin, s’ils veulent apparaitre sur nos dossards et publications qu’ils n’hésitent pas à nous contacter ! On espère également que les subventions diverses auxquelles nous faisons des dossiers chaque année ne baisseront pas.

La deuxième conséquence est sportive bien entendu. Certains risquent de se démotiver en étant coupés de leurs copains et du manque d’activité physique. Ils vont avoir du mal à se remobiliser et se fixer des objectifs car pour le moment nous n’avons aucune vue sur les reprises de compétitions. Le rôle des professeurs va être là encore très important, trouver les bons mots pour les remobiliser et se remettre rapidement au travail.

Dès la reprise des cours, les professeurs vont devoir rattraper cette période d’apprentissage essentielles à la formation des jeunes judokas et avancer rapidement sur le programme afin que les acquisitions techniques soient maitrisées pour le passage de ceinture de mai/juin 2021. Ils ont même proposé de travailler pendant les vacances et d’adapter leurs emplois du temps pour rattraper des cours si nous pouvons accéder aux salles ».


  • Et pour conclure ?

» Pour commencer merci à vous de nous avoir donné la parole et de vous intéresser aux associations sportives dans cette période compliquée. Nous avons hâte de pouvoir reprendre, nous sommes prêts à accueillir nos adhérents et aussi des nouveaux. Dès autorisations du gouvernement et de la mairie, les portes du club seront ouvertes, n’hésitez pas à nous contacter ou consulter notre site internet.

Le club est impacté mais les bénévoles et les professeurs vont tout mettre en œuvre pour surmonter cette nouvelle crise sanitaire pour le bien de ses adhérents, et la maxime du fondateur du judo Jigoro Kano prendra encore une fois tout son sens : « On ne juge pas un homme sur le nombre de fois qu’il tombe mais sur le nombre de fois qu’il se relève ».


CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
X

En continuant à utiliser ce site, vous considérez être en accord avec les termes concernant l'utilisation des cookies. | Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close