FOOTBALL | Que se passe-t-il à l’OL ?

FOOTBALL | Que se passe-t-il à l’OL ?

Après des années rageantes où le club ne semblait pas exercer son plein potentiel au fil des matches et une excitation naturelle suite aux annonces de l’été, l’heure est finalement à la crise au sein de l’OL. 

Ces dernières années, les supporters se sont fréquemment agacés des systèmes de jeu et des choix mis en places par l’ancien entraîneur, Bruno Génésio. Son remplaçant n’aura tenu que onze petits matches sur le banc. Mais alors, d’où vient le problème ?

Rudi Garcia, récemment nommé à la place de Sylvinho donc, a un lourd et périlleux chantier devant lui. L’ancien entraîneur de Marseille (ce qui lui éternise un certain accueil auprès des supporters) a toujours aimé les challenges. Et les a plutôt bien réussis dans le passé, notamment lors de ses premières années de cycle. Ce fut le cas à l’AS Roma et même à l’OM, où il aura réussi à hisser son groupe en finale de Ligue Europa.

Le nouveau système administratif aide-t-il ?  

Le prince de Gerland est revenu. En fin de saison dernière, une annonce a promulgué Juninho Pernambucano au poste de directeur sportif du club. Par ce chamboulement, l’OL a pris des risques, mais s’est surtout octroyé, à l’image des grands clubs européens, un organigramme imposant et aux rouages importants. L’arrivée du Brésilien à ce poste repousse le président de presque toujours, Jean-Michel Aulas, du plan sportif. Ce dernier a totale confiance en son ancien joueur et lui a même laissé le choix du futur entraîneur.

Après les deux premiers matches de L1, tout semblait fonctionner à l’OL, des ambitions de titre étaient même envisageables selon les spécialistes. Mais la machine s’est totalement enrayée, laissant sur le carreau Sylvinho après une défaite dans le derby face à Saint-Étienne.

Juninho a pris la responsabilité de ce départ et Jean-Michel Aulas a lui-même admis que les décisionnaires (dont lui) avaient fait une erreur dans leur choix. Pour le premier vrai chamboulement à l’OL depuis de longues années, un fiasco s’est produit. Mais une seule erreur de casting ne peut pas tout remettre en cause selon toujours, le président d’OL Groupe. 

En effet certains hommes forts ont durant l’été, dû être rassurés à propos de leur influence au sein du club. Recruteur reconnu à l’international, Florian Maurice a vu ses craintes levées lorsqu’il s’est vu être impliqué dans toute décision et avis de recrutement durant le mercato.

Gérard Houllier est lui toujours aussi proche du président sur le plan sportif et a même repris une place forte lors du départ de Sylvinho. En effet, selon L’équipe, le manager brésilien aurait beaucoup discuté avec Houllier concernant le remplaçant de Sylvinho.

La mayonnaise doit prendre, c’est indéniable. Mais ces relations prouvent que le système mis en place par l’OL est un bon modèle qui devrait fonctionner dans le futur. Patience de côté-là.

L’alarme est sur le terrain  

Non, ce qu’il ne va véritablement pas à l’OL, c’est la réalité du sport : le terrain. Les départs notables de certaines pépites n’ont jamais fait peur au club, qui a toujours su se relever ces dernières années après avoir dit au revoir à certains joueurs (Tolisso, Lacazette ou Umtiti). Mais la tâche semble plus ardue cette saison. Le départ du capitaine Nabil Fékir vers le Bétis Séville a-t-il trop heurté la santé morale et sportive du groupe ? Combiné au départ de N’Dombélé vers Tottenham et celui de Mendy à Madrid, ce transfert n’a pas fait qu’améliorer l’équilibre du groupe.

Toutefois, dans un recrutement qui semblait en début de saison, cohérent, le club s’est donné moyen de ses ambitions nationales. Au niveau européen, même si l’équipe reste sur deux qualifications consécutives en huitièmes de finale de Champions League, la tâche reste ardue.

Le jeu n’est pas plus flamboyant en coupe d’Europe, mais les résultats sont meilleurs qu’en championnat pour le moment. Afin de retrouver confiance, Lyon doit se qualifier pour les huitièmes de ligue des Champions, c’est obligatoire, ne seraient-ce selon les objectifs établis.

Rudi Garcia n’aura pas beaucoup de temps pour mettre des choses en place.

Ses deux premiers matches sont déjà alarmants avec un nul concédé à domicile face à Dijon (0-0) et une défaite au Benfica en LDC (2-1).

L’OL a besoin d’un électrochoc pour installer une dynamique. Il est presque impensable d’imaginer ce club jouer le maintien en Ligue 1. C’est pourtant la réalité actuelle…

PHOTO par Pexels, licence Pixabay.  Légende : Il sonnait un air brésilien durant l’été à l’OL.

           Article rédigé par Marie

 

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
X

En continuant à utiliser ce site, vous considérez être en accord avec les termes concernant l'utilisation des cookies. | Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close