Margot Sellem « c’était un rêve, je l’ai réalisé et j’ai encore des étoiles plein les yeux « 

Margot Sellem « c’était un rêve, je l’ai réalisé et j’ai encore des étoiles plein les yeux « 

Membre de l'ASVEL Triathlon depuis ses débuts dans la discipline en 2018, elle a disputé le 26 juin dernier à Nice son tout premier IronMan !

Comment sest passé ce début de saison ?

 » Ce début de saison j’étais concentrée sur la préparation de l’IronMan. J’ai intégré une course de préparation, le triathlon longue distance de Cannes (2.000 m de natation – 92 km de vélo et 20 km de course à pied) le 1° Mai où j’ai fait mon meilleur temps sur ce format.  »

Comment as-tu préparé ton 1° Ironman, dans les 3 disciplines ?

 » Ma préparation s’est déroulée en plusieurs temps. Il y a d’abord eu la préparation hivernale, en gros c’est là où on travaille le foncier. Ensuite petit à petit on a augmenté le volume (fin Avril jusqu’à fin Mai c’est là où je faisais les plus gros entrainements) puis il y a eu la période d’affutage, à peu près trois semaines avant.

J’étais en moyenne à 15 h, et au plus haut à 20 h/semaine.  »

Pourquoi celui de Nice pour démarrer sur la distance ?

 » J’ai découvert l’IronMan de Nice il y a un peu plus de 3 ans à travers un film, la veille de mon premier triathlon, et ce jour-là je me suis dit « C’est ça que je veux faire ». Et puis j’ai une affinité avec la mer.  »

Vous étiez combien de lASVEL Tri au départ ?

 » On était une dizaine de l’Asvel Triathlon sur la course, on a partagé des beaux moments avant et après la course, pendant c’était compliqué de se voir !  »

Comment las-tu abordé ? au départ par rapport au profil de lépreuve et la météo du jour ?

 » Sur les derniers jours, j’avais hâte de prendre le départ. Je sentais une « bonne » pression monter, mais sans stress. Ça m’a étonnée, mais c’est parce que j’étais préparée.

Sur la ligne de départ je ne réalisais pas vraiment.  »


Comment sest passé la course ?

 » La course s’est super bien passée, j’ai eu aucun pépin. Il y a eu des moments où c’était dur, notamment sur la fin du vélo avec le gros vent de face, et sur le 3° tour du marathon, mais ça fait partie de la course : on fait ce genre de course pour vivre des hauts mais aussi des bas, pour se dépasser.

J’ai apprécié chaque moment de cette course (même si aujourd’hui avec du recul, j’aurai aimé en profiter encore plus !) et j’ai mis du temps à en prendre conscience, à réaliser, je ne suis même pas sûre que ce soit totalement le cas aujourd’hui.

J’ai terminé en 15 h 14. Comme il s’agissait de mon premier full, l’objectif était surtout de découvrir la distance, me faire plaisir, et terminer  » .

Ton bilan et tes impressions ?

 » C’était un rêve, je l’ai réalisé. J’ai encore des étoiles pleins les yeux, je n’oublierai jamais ce premier IronMan, c’était dingue.  »


Projets pour cet été et les mois suivants ?

 » En ce moment je reprends doucement, je sens une fatigue malgré tout, alors on y va étape par étape, au plaisir. L’idée c’est de reprendre sérieusement quand je le sentirai et de rattaquer les courses en septembre. Je ne sais pas encore sur quels triathlons.

En revanche, je connais déjà les courses hivernales ahah : les 15 km du LUT et les 44 km de la Sainté Lyon. J’avais envie de finir ma saison par du trail.

Ce qui est sûr, c’est que cet IronMan et cette prépa m’ont énormément appris. La saison 2022 n’est pas encore terminée, mais elle me servira pour la suite et j’ai déjà un œil sur les prochaines saisons.  »


Retrouvez :


Ce diaporama nécessite JavaScript.

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
X

En continuant à utiliser ce site, vous considérez être en accord avec les termes concernant l'utilisation des cookies. | Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close