Eric Archambault « on a décidé d’annuler le Swimrun »

Eric Archambault « on a décidé d’annuler le Swimrun »

Ancien champion du monde de canoé biplace, il est président depuis décembre 2017, des Sauveteurs Volontaires Vaulx-en-Velin Canoé Kayak Pirogue.

Depuis quand êtes-vous au bureau et à la présidence ?

» J’étais membre du bureau et en décembre 2017, j’ai succédé à la présidence à François Le Clay, en place depuis 24 ans, qui partant à la retraite, a souhaité passer la main.

Notre bureau est composé de 8 personnes qui gèrent nos différentes commissions (jeunes, groupe loisirs, compétition, mini-bus, presse) ».


Vous êtes également pratiquant ?

» Oui j’ai débuté le canoe-kayak à l’âge de 15 ans au Mans et j’ai ensuite pratiqué à Rennes, Villeurbanne et depuis une trentaine d’années à Vaulx-en-Velin où je suis d’autre part éducateur au service des sports de la ville.

Au niveau palmarès, j’ai été champion du monde de canoe biplace avec Thierry Carlin en 1991 et je suis monté à plusieurs reprises sur le podium, aux championnats de France et au niveau international. J’ai arrêté la compétition en descente, ensuite j’ai fait des raids multi-sports pendant des années.

Et puis je suis revenu à la pirogue hawaienne et au dragon-boat ».


Concernant le club, où en est son effectif ?

» On est une centaine de licenciés, dont 25 % de femmes et autant de jeunes, en majorité des garçons. On n’a pas été trop touchés par le Covid, nos effectifs sont stables depuis des années.

Sauf quand la base était fermée au public lors des confinements, sinon on pouvait toujours pratiquer avec les distanciations imposées, du fait qu’on est un sport de plein air un peu light ».


Quelles activités proposez-vous ?

« Du loisir et de la compétition.

On a un groupe de retraités qui font pas mal d’activités en rivière ou sur lac et partent régulièrement lors de séjours d’une semaine en mer (en Grèce, etc). Il y aussi quelques pratiquants individuels, de tous niveaux et même des débutants qu’on amène même à la compétition s’ils le souhaitent.

Les enfants peuvent démarrer entre 7 à 10 ans, suivant leur morphologie. On les emmène sur un plan d’eau sécurisé à St Pierre de Boeuf et cela permet de les faire progresser en eau vive. Après si il y a une compétition, on essaie de leur proposer ce qui leur offre la possibilité de se confronter aux autres jeunes. L’objectif étant, de se faire plaisir et s’ils veulent performer d’en faire des compétiteurs chevronnés du club.

En pirogue, on propose de la compétition ou une pratique en loisir avec initiation. Il y a un bon groupe de 25, que des adultes, car il faut un peu d’expérience pour naviguer. Cours donnés en monoplace, biplace et 6 places ».


Un petit point sur cette saison 2021/2022 ?

» Au printemps, on a bénéficié d’une aide de la région et on récupéré un camion, au niveau matériel cela fait du bien ! Sinon on est en train de renouveler nos remorques, un peu vétustes et qui n’étaient plus aux normes, avec notamment une nouvelle pour les pirogues 6 places ».


Et sur le plan sportif ?

» Chaque fois que l’on fait des compétitions c’est en mer, et nous nous rendrons aux championnats de France, début novembre à Toulon. En 2021, notre équipe mixte (3 femmes, 3 hommes) a été championne de France et notre ambition sera de conserver ce titre avec l’objectif de se faire plaisir et de faire les 3 courses car on n’a pas une équipe super performante. Cela permettra aussi de faire une compétition club et d’acquérir de l’expérience. Sinon nos féminines Marie Sollaud et Caroline Blanc, peuvent prendre une place sur le podium national.

Si on veut dresser un bilan à mi-saison, on dira qu’on a bien commencé mais il reste une sélection pour les championnats de France, début juillet à la Seyne sur Mer et une ou deux courses en septembre.

Fin mai, on sera présent à la 11° Vendée Va’a, épreuve qui se déroule sur le même format que les courses tahitiennes et que l’on a déjà fait une dizaine de fois.

En 2019, on était parti à 9 pour participer à la Hawaiki nui, la plus grosse course en pirogue de Tahiti. On avait terminé 97° sur 106 équipes et on a le projet d’y retourner, mais dans les prochaines années ».


Les prochaines organisations du club ?

» On a pris la décision mercredi soir d’annuler le Swimrun de Vaulx en-Velin qui était programmé pour le 19 juin prochain au Grand Parc de Miribel-Jonage. On avait en effet des problèmes internes d’organisation avec notamment un manque d’hommes clés.

Tout comme l’Atol’ Paddle Race qui n’aura pas lien non plus cette année pour cause d’incompatibilité avec le calendrier des manifestations du Grand-Parc.

Ces 2 épreuves sont donc reportées à 2023 ».

Au niveau des projets ?

» On va essayer de développer à la rentrée de septembre, une action avec du public adulte en situation d’handicap notamment en déficience intellectuelle.

Une autre action sera menée avec OVE auprès d’ados autistes, avec des encadrants spécifiques. On l’avait déjà fait par le passé, le dossier est en train de se monter.

Sinon, on est à la recherche d’un permanent, titulaire d’un BE kayak, pour la saison prochaine ».


Et pour conclure ?

» Pour les compétiteurs, notre devise est « entrainement difficile, guerre facile « .

Il faut être à l’écoute et donner le meilleur de soi-même. Le capitaine donne un son qui fait une vitesse, cela demande de la synchro pour tout le monde ».


>> L’ACTU du club sur : http://www.svvv.org

CONTACTS : Tél. 07.61.16.26.66 (président) / Mail : artich@sfr.fr


CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
X

En continuant à utiliser ce site, vous considérez être en accord avec les termes concernant l'utilisation des cookies. | Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close